01 img-chantalbernier
Chantal Bernier

Sécurité nationale et vie privée

Depuis le 3 décembre 2013, Chantal Bernier est commissaire intérimaire à la protection de la vie privée du Canada. Elle a été commissaire adjointe à la protection de la vie privée du Canada de décembre 2008 à décembre 2013. Me Bernier a commencé sa carrière au gouvernement fédéral comme conseillère juridique au ministère de la Justice du Canada. Elle a par la suite été directrice au Bureau du Conseil privé, pour ensuite être nommée sous-ministre adjointe à Affaires autochtones et Développement du Nord Canada puis à Sécurité publique Canada. Elle est titulaire d’un baccalauréat en droit civil de l’Université de Sherbrooke et d’une maîtrise en droit international public de la London School of Economics and Political Science. En janvier, Me Bernier a déposé un rapport spécial au Parlement pour mieux protéger notre droit fondamental à la vie privée à l’ère de la cybersurveillance.

Commissariat de la Protection à la vie privée du Canada

02 img-stephanebouchard
Stéphane Bouchard

Berner le cerveau pour traiter les troubles d’anxiété

Stéphane Bouchard est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en cyberpsychologie clinique à l’Université du Québec en Outaouais, où il étudie l’efficacité de la réalité virtuelle pour le traitement des troubles d’anxiété. Il cherche notamment à savoir si une personne atteinte d’un trouble d’anxiété est en mesure de modifier les représentations mentales que contient sa mémoire, ce qui pourrait mener à la mise au point d’un traitement psychothérapique plus efficace. M. Bouchard a déjà prouvé que la télépsychologie est un traitement efficace pour les cas d’agoraphobie et de trouble panique. Il examine maintenant l’efficacité potentielle de programmes à distance, comme la vidéoconférence, pour les cas de troubles d’anxiété. Ses travaux permettront de mieux comprendre les facteurs qui influencent les processus thérapeutiques en cyberpsychologie, de réduire les coûts des environnements virtuels dédiés à des fins thérapeutiques et de rendre les traitements virtuels accessibles à un plus grand nombre de personnes. Stéphane Bouchard est aussi un conférencier bien connu et passionné par son travail (voir l’émission Les Visionnaires à Radio-Canada), les activités sociales et sa vie de famille avec ses trois enfants.

Laboratoire de cyberpsychologie de l’UQO

03 img-moniqueseguin
Monique Séguin

Peut-on faire dévier les trajectoires suicidaires?

Docteure en psychologie, Monique Séguin est professeure au département de psychologie et psychoéducation de l’Université du Québec en Outaouais. Elle est chercheure au Groupe McGill d’études sur le suicide, et chercheure au Réseau québécois de recherche sur le suicide, la dépression et les troubles associés. Elle s’intéresse aux trajectoires de vie de personnes suicidaires. Elle a écrit plusieurs ouvrages sur la crise suicidaire. Elle a été invitée en tant qu’experte à une conférence de consensus sur la crise suicidaire dirigée par la Fédération Française de Psychiatrie. À la demande de la Direction Générale de la Santé en France, elle a formé un réseau de formateurs à l’intervention de crise suicidaire. Elle s’intéresse également au deuil à la suite d’un suicide, et a développé une expertise en postvention en milieu scolaire qui a fait un consensus auprès des intervenants du Québec. Une communauté de pratiques en regard des interventions suite au deuil par suicide est née au Québec en est issue. Monique Séguin a reçu le Prix de la recherche décerné par l’Association Canadienne pour la Prévention du Suicide, et un prix d’excellence de l’Association Québécoise de Prévention du Suicide, en reconnaissance de ses travaux de recherche sur le suicide. Son message, « Nous connaissons tous, de près ou de loin, une personne qui a pu avoir des conduites suicidaires. C’est la raison pour laquelle il me semble important de sensibiliser la population au fait que le suicide est un problème social. La réponse qui permettrait de diminuer la souffrance de ceux qui pensent au suicide doit venir de chacun d’entre nous, car la prévention du suicide, ça nous concerne tous. »

Réseau québécois sur le suicide, les troubles de l’humeur et les troubles associés

04 img-francehutchison
France Hutchison

Nos enfants TDAH en classe, un signe d’évolution?

C’est lorsque France a été coach et porte-parole pour la campagne de promotion de Ivory intitulée Retour à la simplicité, qu’elle a alors compris que sa mission était de partager, d’enseigner et de communiquer le ZEN. France est détentrice d’un baccalauréat en éducation, certification de coaching et en yoga, elle est auteure, conférencière et spécialiste en apprentissage. Elle est passionnée par tout ce qui touche l’éducation et le développement du potentiel humain. Elle est la fondatrice de PedaGO.ca, une entreprise de services en coaching, de formations et d’items spécialisés en éducation. Elle a travaillé à la fonction publique fédérale à titre de gestionnaire, de coach dans les programmes de perfectionnement du leadership ainsi qu’en tant que spécialiste de l’apprentissage. Son côté humain, ses valeurs ainsi que son désir d’aider les gens dans leur développement personnel font d’elle une communicatrice hors pair, ainsi qu’une formatrice à l’écoute de ses clients. Malgré son jeune âge, France a fait face à de multiples défis en gestion : diriger des équipes multidisciplinaires, faire face à de multiples changements et savoir concilier le travail et famille (elle s’y connait puisqu’elle est maman de deux belles jeunes filles dont une enfant dysphasique). Elle a appris en faisant face à de nombreux défis et elle désire maintenant aider les entrepreneurs et les gestionnaires, les professionnels de l’éducation et les parents à y voir plus clair dans leurs différents rôles. Le yoga, la visualisation ainsi que le coaching sont les outils qu’elle favorise afin d’aider les gens à gérer leur vie et surtout à être heureux!

Site personnel

05 img-chrisbailey
Chris Bailey

The Path to Doing Meaningful Work (en anglais)

Quand Chris Bailey a terminé son baccalauréat en gestion des affaires en mai dernier, on lui a fait deux excellentes offres d’emploi, mais il a plutôt opté de démarrer un projet intitulé « A Year of Productivity ». Pour réaliser son projet, Chris lit le plus de livres possible sur la productivité, il fait des interviews avec les personnes les plus productives au monde, et il se fait le sujet de ses expériences de productivité, comme par exemple, méditer pendant 35 heures au cours d’une semaine, s’isoler complètement du monde pendant 10 jours, et regarder 70 heures de conférences TED en une semaine. Les compte rendus de Chris ont été vus par des centaines de milliers de personnes de partout sur la planète, et on a pu lire sur le blogue TED officiel qu’il est « peut-être l’homme le plus productif que l’on peut souhaiter rencontrer ». Chris va parler de ce qu’il a appris tout au long du projet.

Projet d’un an sur la productivité

06 img-pierrebelanger
Pierre Bélanger

La transmutation des écrans télévisuels

Pierre C. Bélanger, Ph.D., est professeur titulaire au département de Communication de l’Université d’Ottawa. Ses domaines de spécialisation sont les industries des médias et des télécommunications canadiennes ainsi que la sociologie des innovations technologiques. De juin 1998 à septembre 2001, il a travaillé à la direction de la Société Radio-Canada à titre de Directeur des nouveaux médias à la Radio française. De 2004 à 2012, il a été associé au groupe Astral Radio où il a agi à titre de conseiller au développement des technologies émergentes. Il a publié de nombreux écrits traitant de diverses questions liées aux usages aussi bien des médias traditionnels que des nouvelles technologies en contextes domestique et d’apprentissage. Il commente et analyse depuis plusieurs années, sur différentes tribunes publiques, les politiques et les développements en matière de radiodiffusion canadienne ainsi que dans le secteur des nouvelles technologies d’information, de communication et d’éducation. Il est récipiendaire du prix 2007 d’Excellence en éducation de l’Université d’Ottawa attribué pour la qualité incomparable de son enseignement et de son programme de recherche et fut l’un des diplômés d’honneur de l’Université de Montréal en 2009 en reconnaissance de sa contribution à l’avancement de la société. Mais il est d’abord et avant tout, un passionné des grands espaces sauvages.

Site personnel

07 img-dimitridellafaille
Dimitri della Faille

Les statistiques pour le développement se livrent à un combat

Dimitri della Faille est professeur en développement international au département des sciences sociales de l’Université du Québec en Outaouais depuis quatre ans. Il détient un doctorat en sociologie de l’UQAM et un diplôme de deuxième cycle dans cette discipline de l’Université Libre de Bruxelles (Belgique). Il a également étudié à la New School (États-Unis) et à l’Universidad de Buenos Aires (Argentine). Avant de devenir professeur à l’UQO, il a effectué des stages postdoctoraux à l’Universidad Autónoma Metropolitana (Mexique) et à l’Université McMaster (Canada). Dimitri della Faille est spécialiste de l’analyse du discours et de l’étude des inégalités à l’échelle mondiale. Ses recherches l’on mené en Amérique latine, en Asie et en Afrique. Il a publié plus d’une quarantaine de contributions scientifiques. Il fait une analyse critique radicale des débats experts sur des problèmes socio-économiques contemporains, comme les inégalités sociales et les politiques internationales établies sur la base d’indicateurs et de statistiques sociales. Il cherche à comprendre la transformation de certains processus et phénomènes sociaux en problèmes. Originaire de Belgique, il a été actif dans les mouvements écologistes et d’éducation environnementale dans les années 1980 et 1990, puis il a fait partie des pionniers belges de l’internet. Depuis bientôt 20 ans, il est également très impliqué en musique expérimentale et en arts numériques, ayant donné de nombreux concerts, performances, ateliers et classes de maître en Europe, en Amérique latine et en Asie.

Site personnel

08 img-catherineveilleux
Catherine Veilleux

Les joies du djembé

À 14 ans, à peine plus âgée que ses élèves, Catherine cherchait déjà à percer les mystères de l’apprentissage. Après avoir obtenu un baccalauréat en enseignement à l’Université du Québec en 1994, elle a été titulaire de classe au primaire de 1994 à 2005. Catherine découvre le djembé en 2001 puis entreprend de se former auprès de maîtres au Canada, aux États-Unis et en Guinée (Afrique de l’Ouest). Depuis 2005 elle enseigne les percussions d’Afrique de l’Ouest, et depuis 2010 elle donne des ateliers dans les écoles en vue de favoriser la réussite scolaire. Membre fondatrice, artiste soliste et codirectrice artistique du groupe Yayé de 2002 à 2009, elle est ensuite devenue artiste soliste au djembé dans le groupe Cobra du Mandingue et produit annuellement le spectacle Djembé d’or. Catherine est régulièrement invitée à donner des formations de djembé dans plusieurs villes, sollicitée pour son approche pédagogique, sa maîtrise de l’instrument et son esprit d’artiste passionnée. Le djembé reste encore méconnu et sous-estimé. Catherine souhaite par sa présentation à TEDxGatineau faire la démonstration de ses multiples facettes qui en font un instrument extraordinaire, favorisant le développement physique, psychologique et social de ceux et celles qui le pratiquent.

Site personnel